*

Hors ligne Jean-Christophe

Je lance ce débat sans trop savoir ce que ça peut donner, je vous laisse réagir.

Je constate, ici comme ailleurs, que beaucoup de photographes investissent dans le matériel photo (boîtiers, objectifs), parfois des milliers d’euros, mais refusent de faire de même avec les logiciels.
Même chose pour le service associé, garantie, SAV rapide, les achats à l’étranger étant souvent privilégiés car perçus comme moins chers.

J’ai toujours du mal à comprendre que l’on soit prêt à investir beaucoup dans le matériel et que l’on refuse d’investir (moins) dans la mise à jour de son logiciel.
Que l’on soit prêt à prendre les risques bien connus en achetant à l’étranger, HT souvent, avec garantie limitée, etc.

Les exemples de problèmes, d’arnaques et d’utilisateurs lésés sont monnaie courante. Ces cas sont documentés, rien n’est caché sur le web. Et pourtant certains persistent.

J’ai quelques idées mais je suis curieux de savoir ce qui provoque ces comportements. Vos réponses m’intéressent.

*

Hors ligne Sevgin-le-viking

Dans l'attente des réponses, lorsque certains ont des soucis, bizarrement ils ne veulent pas que le matériel prenne le m^me chemin par lequel il est venu, et s'adresse à des professionnels locaux.

Ces professionnels connaissent ces canaux. Donc éviter de commencer pour se justifier par "c'est un cadeau "!
« Modifié: 20 Nov, 2019, 09:24:59 am par Sevgin-le-viking »
PIRATE OF SCANDINAVIA,
Expert en crash test.
Ex-directeur de la sécurité spaciale de Stockholm-Sud.

Pour ma part, et pour ce qui est des logiciels, ce qui a freiné mes achats était que ma plateforme hardware (vieux Mac Pro G5) ne supportait pas un système d'exploitation récent, et donc m'interdisait d'installer des logiciels récents également.
J'ai même parfois acheté des softs en promo que je ne pouvais installer en attendant de trouver un Mac plus récent à prix décent... en magasin.

J'ai parfois le sentiment que c'est un peu la course à l'armement.
J'ai maintenant un Mac plus récent (mais pas dernier cri), et cependant beaucoup d'éditeurs de logiciels ne proposent pas de compatibilité descendante. Je comprends qu'ils veuillent que l'on acquière les dernières versions (et c'est justifié car elles vont dans le sens de l'amélioration), mais quand on peut matériellement pas les installer, on peut parfois se contenter d'une ou deux versions en amont. Et ce n'est souvent pas disponible.

Je lance ce débat sans trop savoir ce que ça peut donner, je vous laisse réagir.
Il aurait fallut ouvrir plusieurs sujets. ;)

Je constate, ici comme ailleurs, que beaucoup de photographes investissent dans le matériel photo (boîtiers, objectifs), parfois des milliers d’euros, mais refusent de faire de même avec les logiciels.
J'ai déjà utilisé Lightroom, mais leur nouveau système de mises à jour ne me convient pas, l'abonnement me donne des boutons, j'utilise donc Darktable qui me convient très bien, lorsque j'ai besoin de traîter, je ne passe pas ma vie à traiter mes photos.

Même chose pour le service associé, garantie, SAV rapide, les achats à l’étranger étant souvent privilégiés car perçus comme moins chers.
Sur ce point, j'ai changé mon fusil d'épaule.

J’ai toujours du mal à comprendre que l’on soit prêt à investir beaucoup dans le matériel et que l’on refuse d’investir (moins) dans la mise à jour de son logiciel.
Ce doit-être lié au fait que beaucoup utilisaient des logiciels obtenus de façon illégal, autre raison, si le boîtier que j'envisage d'acheter coûte 1000 € et que celui de la gamme au dessus coûte 1300 €, je me dis que si j'utilise les 300 € prévu pour les logiciels, cela me permet de choisir un APN plus haut de gamme, c'est probablement une mauvaise idée.
De plus Nikon fourni un logiciel avec ses boîtiers, qui semble avoir progressé.

Que l’on soit prêt à prendre les risques bien connus en achetant à l’étranger, HT souvent, avec garantie limitée, etc.
Je ne savais même pas que c'était possible, pour moi tout ce qui rentraient sur le marché Français étaient assujettis à la TVA.

Les exemples de problèmes, d’arnaques et d’utilisateurs lésés sont monnaie courante. Ces cas sont documentés, rien n’est caché sur le web. Et pourtant certains persistent.
Ça c'est pour dire, je l'ai eu moins cher que toi, la mienne est la plus grosse, etc... :lol:

J'ai quelques idées mais je suis curieux de savoir ce qui provoque ces comportements. Vos réponses m’intéressent.
Alors, mes idées sont les mêmes ?  :D
« Modifié: 20 Nov, 2019, 10:52:31 am par Caille »

C'est valable en photo comme ailleurs. Combien de voiture à 80 000€ avec des pneus tout bas de gamme, combien de PC utilisés à 10% à peine, combien etc...
En photo, et pourtant ça ne coûte rien, combien d’achat sans lecture du manuel, combien de D750 qui ne font que du JPEG. C'est la traduction pour l'acheteur de la phrase qui m'afflige "avec un tel appareil, tu dois faire de belles photos". Le matos visible est plus important que le reste de la chaîne.
C'est aussi une forme de course à l'armement avec des fichiers de plus en plus lourds, des logiciels qui font ramer les PC et on essaie de passer cette étape le plus vite possible, le plus légèrement possible.
Nous ne sommes pas toujours raisonnables quand il faut/envie de changer de matériel pour raisonner en prix global, tous "à coté" compris ?
Lorsque nous changeons de voiture, faisons nous ce calcul ? Prix belle voiture + carburant supplémentaire + assurance chère + entretien couteux, etc ?
Lorsqu'on achète une nouvelle cuisine, calcule t'on au plombier, à l’électricien, à la déco, ... ?
Je photographie toujours beaucoup avec mon "vieux" D90 et je passe du temps sur le PC avec les logiciels qui vont bien et je passe toujours moins de temps qu'avant en labo. Je suis assez content de moi, même si je le trouve de plus en plus limité par rapport aux nouveautés (mais il ne fait pas moins qu'avant).
Après 10 ans de services, je vais passer à un nouvel achat et prendre en compte l'ensemble et pouvoir acheter une bonne carte adaptée à l'appareil, voir à adapter le PC, les logiciels. Rien qu'une bonne carte, c'est 10% du prix de l'appareil.

*

Hors ligne Jean-Christophe

Il y a une constante dans tout ça, depuis toujours, c’est le fait que le logiciel soit considéré différemment du matériel.
On ne peut pas pirater le matériel, c’est physique.
On peut pirater le logiciel, donc on le fait.

Une des raisons pour passer à l’abonnement est de contrer le piratage. Puisqu’il faut montrer patte blanche, il faut être en règle. C’est simple à mettre en œuvre et ça génère un revenu régulier au passage.

Avec le service c’est pareil. La garantie coute toujours trop cher, d’autant plus qu’on n’est pas certain de l’utiliser, c’est comme une assurance. Résultat, on la néglige.

Pour ce qui est de l’achat à l’étranger, certains vendeurs font les choses en règle, d’autres non. TOus les imports depuis l’Angleterre viennent en fait d’Asie. Les taxes ne sont pas payées à l’entrée en France la plupart du temps.
Certains site vendent HT, bien que cela ne soit pas autorisé en France normalement. Rakuten, ex-Price Minister, est le spécialiste de cette manœuvre.

Pour en revenir au débat, acheter un appareil photo, pour moi c’est :
- acheter un matériel,
- m’assurer que j’ai de quoi exploiter ce matériel (logiciel, lecteur, accessoires),
- m’assurer que je suis couvert en cas de problème car ça coute cher
- avoir un contact physique vers qui me tourner.

S'agissant du logiciel, en l'occurence LR 6.14, il est contemporain du boitier, un D850.
Je ne suis pas passé à LR7 pour les mêmes raisons que Caille.
Je préfère une licence fixe que je paye une fois à un abonnement prélevé tous les mois.
A celui qui m'opposerait l'exemple du GSM, je précise que j'ai un abonnement à 0€ et que je ne paye que ce que j'utilise.
Si je devais craquer pour un Z(7?), j'opterais vraisemblablement pour Luminar.

Au défenseurs de l'abonnement, prenez donc aussi le matériel en abonnement (pardon) en location, avec échange automatique à chaque sortie d'un nouveau boitier. On appelle cela une offre orientée service.
Ça existe déjà pour les autos.

Parallèlement, on peut aussi préférer louer son logement plutôt que de l'acheter.
A chacun ses motivations.
« Modifié: 20 Nov, 2019, 12:07:07 pm par Pr. Blurp »
Des zooms DX, des fixes FX et le même boîtier pour tout le monde.

Il est possible que je m'attire les foudres de certains membres, tant pis!...  :o
Ce qui suit ne concerne pas les pros qui n'ont pas les mêmes besoins que les "non-pros".

Je pense que faire la comparaison entre matériel et logiciels n'est pas une approche idéale.
Je suis d'un âge certain, et j'ai pratiqué pas mal d'années sans avoir la moindre idée de ce que pouvait être un logiciel ou la retouche numérique.
Et déjà à cette époque là, j'ai croisé des "acheteurs compulsifs", qui ne savaient pas résister quand il y avait une nouveauté qui sortait. Pour connaitre ces nouveautés les seuls moyens étaient la presse spécialisée ou la vitrine des magasins (devenus très rares sans nos villes).
Je pense que la première raison d'un achat, pour vous comme pour moi, est "se faire plaisir". La nécessité n'est pas obligatoirement absente mais passe en second lieu. (Si vous me dites le contraire, comme je suis poli je ne vous dirai rien mais je n'en penserai pas moins  :D )
Et ces "acheteurs compulsifs", amateurs de beaux matériels et de belles mécaniques, ont pour priorité absolue de se faire plaisir, même s'ils savent parfaitement qu'un boitier B ne fera pas de meilleures photos qu'un boitier A (ils peuvent vous affirmer le contraire sans rire!) Pour eux la nécessité est très loin d'être une priorité, et ces acheteurs n'ont  pas disparus à l'ère du numérique.

S'il faut faire le parallèle entre matériel et logiciels, une suggestion à l'intention de Jean-Christophe:
Placer deux "cases compteur" sur le site (pourquoi pas sur la page d'accueil) avec la mention : "Si vous tirez en raw cliquez sur 1, si vous tirez en JPG, cliquez sur 2".
Ça donnerait une idée du pourcentage. Ceux qui tirent en JPG ont-ils besoin de logiciels haut de gamme?....
Nikon F-801S, D5000 refiltré astronomie, D750, Fuji X100F, Leica V-Lux4
Nikkor : 50mm 1.8G; et autres... Sigma 24-105mm f4 DG Art

*

Hors ligne Jean-Christophe

Je préfère une licence fixe que je paye une fois à un abonnement prélevé tous les mois.
Je comprends très bien ça, et tu passes à un autre logiciel le cas échéant, sans abonnement. Ce raisonnement ne me pose pas problème.

Chercher à tout pris à pirater LR pour ne pas payer, mais vouloir l'utiliser parce qu'au final il reste un des meilleurs, c'est plus difficile à lire chez certains.

*

Hors ligne Jean-Christophe

Au défenseurs de l'abonnement, prenez donc aussi le matériel en abonnement (pardon) en location, avec échange automatique à chaque sortie d'un nouveau boitier. On appelle cela une offre orientée service.
Ça existe déjà pour les autos.
Je suis d'ailleurs étonné que les marques ne l'aient pas proposé encore. J'avoue que la perspective de payer un abonnement pour avoir toujours le dernier matos, dans mon cas précis, c'est recevable.

En vidéo c'est plus fréquent déjà, face au coût du matériel, j'ai vu quelques loueurs au Salon de la Photo qui n'étaient pas là les années précédentes.

Ceux qui tirent en JPG ont-ils besoin de logiciels haut de gamme?....
Plus que ceux qui enregistrent en RAW, vu les limites du support.
Des zooms DX, des fixes FX et le même boîtier pour tout le monde.

*

Hors ligne Jean-Christophe

Il est possible que je m'attire les foudres de certains membres, tant pis!...  :o
L'idée de ce débat est justement de ne pas nous auto-détruire  ;)

Bien sûr que l'achat plaisir est important et majoritaire chez l'amateur.
Il y a aussi l'achat par défaut, car celui qui ne sait pas bien utiliser son matériel pensera toujours qu'avec un meilleur modèle il fera mieux.
Du coup, pourquoi ne pense-t-il pas qu'avec un meilleur logiciel il ferait mieux aussi ? Parce que, de fait, c'est peut-être plus vrai que pour le matériel.

Il y a aussi une bonne part de statut social, et là c'est moi qui vais me faire huer. Montrer un boîtier flambant neuf haut de gamme est plus valorisant qu'afficher la dernière version de Lightroom. Les vendeurs de smartphones en savent quelque chose.

J'avoue que la perspective de payer un abonnement pour avoir toujours le dernier matos, dans mon cas précis, c'est recevable.
L'impact financier d'un abonnement est différent s'il est déduit HT du CA ou s'il est déduit TTC du revenu net après impôt.

Bon, d'un autre côté, le photographe amateur n'est pas soumis à l'URSSAF. ::) ;D
« Modifié: 20 Nov, 2019, 14:11:05 pm par Pr. Blurp »
Des zooms DX, des fixes FX et le même boîtier pour tout le monde.

*

Hors ligne Jean-Christophe

Disons qu'avec l'hybride le renouvellement risque d'être plus fréquent et les reventes plus difficiles en raison d'une décote plus importante. Moi qui ai besoin d'avoir un matériel pas trop ancien, ça peut me coûter plus cher d'acheter que de louer d'une manière ou d'une autre.

Je pense que les achats de matériel sont plus important car c'est les premiers auxquels chacun pense.

La plupart des utilisateurs savent différencier 2 boitiers, 2 objectifs, ou se faire une idée sur achat de départ avec un budget. Ce budget comprend généralement boitier + objectif(s), c'est ce qui ressort souvent des questions posées sur ce forum. Tout le reste passe après.

C'est souvent au moment d'acheter l'appareil (en magasin) ou après réception par la poste, que certains vont se demander quel type de carte il faut. Ah, il faut aussi un lecteur? une housse/sac pour transporter l'appareil en sécurité? Mon ordinateur est lent depuis que j'utilise mon nouvel appareil, mon disque dur est plein, etc... sont autant de questions/remarques qui interviennent souvent après coup.

Concernant le piratage de logiciel, c'est sûrement un héritage de pratiques très courantes depuis les débuts d'internet. Certaines mauvaises habitudes qui persistent. Les services de streaming vidéo ou audio, comme Netflix ou Spotify, ont permi d'endiguer un peu le phénomène dans leur domaine respectif, il faut croire que les gens ont encore de la peine pour les logiciels.

Note: je parle de manière très générale et je n'ai pas de statistiques pour étayer mes propos. Juste un ressenti de ce que je constate dans mon entourage.