Traitement 8 bits ou 12-14 bits?
« le: 11 Jan, 2013, 07:32:51 am »
Fréquentant des photographes amateurs (dont deux très doués) post traitant leurs fichiers NEF depuis quelques années, je souhaiterais convaincre un autre nouvellement rencontré de l'intérêt d'utiliser ce format plus efficace, non destructif avec C NX2, etc... Actuellement je suis considéré comme un mauvais sujet, un perturbateur...
Qu'utiliser comme arguments doux ? Car il a probablement perçu qqch comme du mépris pour le post traitement en jpg.
Merci

*

Hors ligne Flodine

Traitement 8 bits ou 12-14 bits?
« Réponse #1 le: 11 Jan, 2013, 08:13:18 am »
Je ne sais pas s'il sera sensible à une comparaison tirée du monde de la musique.!.
La différence entre Raw et jpeg, c'est comme la différence entre un fichier son non compressé (wave par exemple) et le mp3. Quand on veut retravailler un fichier, mieux vaut avoir toutes les nuances à portée de main !

Sinon, voir ici :
http://www.nikonpassion.com/quest-ce-que-format-raw/

ou là :
http://volker.canalblog.com/archives/2005/09/06/784806.html
Flodine

*

Hors ligne Weepbitterly

Traitement 8 bits ou 12-14 bits?
« Réponse #2 le: 11 Jan, 2013, 10:41:41 am »
Il y a en fait deux aspects différents, la question du format (jpeg /raw) et la celle de la profondeur de couleurs (8/12/14/16 bits), qui sont indépendants.

En ce qui concerne le format, l'argument est que le jpeg est un format compressé destructif. Pour réduire le poids du fichier, l’algorithme de compression "simplifie" le fichier image. En très simplifié, il considère que si deux pixels ou blocs de pixels adjacents sont "pareils" ou "presque pareils" le 2ème n'est pas codé indépendamment mais résumé en "comme le précédent". Au passage, certaines informations, détails et fines nuances de couleurs, sont définitivement perdues.

Cependant la compression jpeg peut être réglée à des niveaux variables, et si on compresse au minimum (= gros fichier), la perte reste invisible ou presque invisible.

Ça se complique lorsqu'on passe à la phase de post-traitement. Il faudra alors 1° ouvrir le fichier jpeg - jusque là tout va bien - puis 2° traiter l'image, par exemple modifier l'exposition ou la balance des blancs, et 3° enregistrer le fichier modifié... qui va au passage subir une nouvelle compression/simplification et donc dégrader encore l'image. Et là, ça commence à se voir. Et encore plus si on renouvelle le cycle une deuxième, troisième... fois.

On constate également, lors de la phase de post-traitement, que la latitude de correction est plus importante avec un fichier raw qu'avec un fichier jpeg. Et là, il suffit de faire l'expérience, en partant de la même image enregistrée en raw +jpeg, pour s'en apercevoir.

Enfin, lorsqu'on travaille sur un fichier raw, contrairement au jpeg, le fichier d'origine n'est pas modifié. A l'enregistrement (en raw) les modifications sont stockées à part et peuvent donc être totalement ou partiellement annulées ou modifiées en ramenant tous les curseurs, ou certains d'entre eux seulement, à zéro.

Ce qui n'est pas possible en jpeg, sauf à avoir conservé le jpeg d'origine intact et avoir enregistré une copie.
« Modifié: 11 Jan, 2013, 10:43:19 am par Weepbitterly »

Traitement 8 bits ou 12-14 bits?
« Réponse #3 le: 11 Jan, 2013, 12:21:54 pm »
Merci pour vos réponses claires et circonstanciées, et les liens indiqués.
En ce qui concerne la compression, j'applique, confiant, la recommandation Nikon avec le format NEF 14 bits compression sans perte pour le D800e (mais seulement 12 bits pour le D300s) ; des photos presque noires  en jpg sont récupérables en NEF, tellement la dynamique du nouveau capteur (sans la brider par les ca 250 niveaux de l'enregistrement 8 bits, même avant compression) est large ; je ne comprendrais rien aux algorythmes utilisés ici ; car malheureusement les études de mathématiques s'étaient prématurément terminées à bac +1 à la sortie de l'établissement respectable formant le coin du Bd Saint-Michel et de la rue de Vaugirard...erreur de jeunesse...regrets éternels...
Par ailleurs les impressions A3 (des fichiers actuels) issues de la vieille imprimante discontinuée HP B9180 sont les plus beaux résultats jamais obtenus à domicile, avec des nuances de teinte et de densité très fines.
Pour la musique la qualité de l'échantillonnage (fréquence et quantification) n'est plus à la mode ; mais ici les CD ont un son simplifié, moins fluide, moins vivant que les sacd et les pistes audio de certains dvd ; pourtant j'utilise à 95% diverses enceintes 2voies (seulement)... de conception ancienne (et de marque très ancienne :Tannoy DC). Le MP3 paraît caoutchouteux...

Traitement 8 bits ou 12-14 bits?
« Réponse #4 le: 12 Jan, 2013, 00:16:53 am »
Les arguments sont multiples : si il ne fallait en donner que 3 :

- la possibilité d'enregistrer toutes les modifications apportées à l'image et la possibilité d'y revenir à tout moment
- la possibilité de modifier la balance des blancs (impossible en Jpeg)
- une bien plus grande latitude de correction de l'exposition (locale ou générale) sans perte