Pour éviter la condensation sur mon matériel photo, due au passage principalement d'une atmosphère froide à une atmosphère chaude (dans mon cas avec des grands écarts de températures, par ex. subitement de -35°C à 10 °C) et donc de la formation de givre sur tous mes boitiers et objectifs,  je suis à la recherche de petits sacs de compression en plastique de taille adaptée (chaque boitier et chaque objectif étant emballés séparément).
Avec compression et vide d'air (comme le fait la marque "Eagle Creek" pour ses "compression sac"), car moins il y aura d'air dans le sac, moins j'aurai de givre.  De plus la manipulation doit être simple et l'emballage assez solide.

Bien sûr, on parle sur ce forum des problèmes d'humidité et de condensation sur le matériel.  Mais je ne trouve aucune information, ici ou ailleurs,  à propos de petits sacs vraiment adaptés à cet usage.
J'utiliserai pour cette expédition hivernale dans le grand nord: Boitier F2/F2/MD1-MB1/FM Optique AI/AIS de la petite à la longue focale fixe  Flash Torche Metz

Condensation sur le matériel; petits sacs en plastique à vide d'air
« Réponse #1 le: 30 Déc, 2008, 17:43:40 pm »
Des sacs destinés à l'emballage de la nourriture dans les congélateurs ?

Condensation sur le matériel; petits sacs en plastique à vide d'air
« Réponse #2 le: 30 Déc, 2008, 18:21:14 pm »
A Abeillaud:

- Pour commencer, poser une question ne te dispense pas de la politesse de dire bonjour ;)!

- Ensuite, vu la rusticité de ton matériel qui ne risque pas grand chose, il suffit de laisser le matériel dans son sac entre 2 et 3 heures pour permettre au delta de températures Matériel photo/Local s'équilibrer. Selon ma propre expérience en Sibérie par -47°C et en suivant les conseils des photographes professionnels russes il faut laisser le matériel dans un sac non étanche pour permettre à l'humidité de s'évacuer en cas de besoin. Par contre, à l'extérieur, éviter de garder le matériel sous l'anorak (sur sa poitrine) car une pneumonie est assurée à 100%! Pour les prises de vues, les boîtiers qui se sont montrés les plus fiables furent le EOS1n et le EOS1-V chez Canon, chez Nikon le F3HP et le FM2n et le Zorki 4K russe.

Cordialement,

Photokor.

Condensation sur le matériel; petits sacs en plastique à vide d'air
« Réponse #3 le: 30 Déc, 2008, 18:52:26 pm »
La pellicule ne devient-elle pas cassante avec ces températures extremes?
D850 // D700 + PDK1  //  D80 + MB80  //  F80 + MB16 // F100

Condensation sur le matériel; petits sacs en plastique à vide d'air
« Réponse #4 le: 30 Déc, 2008, 19:12:57 pm »
A Gregory74:

- Si, mais là on n'y peut rien: de 10 à 15 minutes au plus pour une séance de prise de vues. En revanche, je n'ai jamais essayé un reflex numérique sauf l'Olympus E-20 qui n'a posé aucun problème à -20°C.

- Dans ces contrées lointaines, les gens gèrent bien leurs conditions de vie. Par exemple, les moteurs de voitures tournent en permanence jour et nuit, 10 mois sur 12 de l'année ;)! Et ce ne sont pas spécialement des 4x4 sophistiqués. La police de la ville où j'ai du supporter -47°C était équipée de Renault Mégane blanches très ordinaires!

Cordialement,

Photokor.

Condensation sur le matériel; petits sacs en plastique à vide d'air
« Réponse #5 le: 30 Déc, 2008, 21:37:56 pm »
Cité plus haut: "il suffit de laisser le matériel dans son sac entre 2 et 3 heures pour permettre au delta de températures Matériel photo/Local s'équilibrer"

Je pourrais même tout simplement mettre mon sac photo dans un grand sac de compression pour réduire la condensation (si le sac photo n'est pas un sac étanche) mais je souhaite que chaque élément séparément soit emballé hermétiquement et avec le moins d'air possible (qui est chargé en eau dans des proportions variables).   Les petits sacs de congélation représentent le plan B car moins pratiques à ouvrir et à fermer (manipuler des attaches avec des gros gants).    Tant qu'à faire, faisons au mieux et donc il faut éviter à mon avis toute condensation car je ne suis pas certain que je pourrai sécher tout le matériel avant de l'exposer à nouveau au froid.  Ce qui signifie que l'eau résiduelle se transformera en glace.  Aussi la solution des petits conditionnements ne m'oblige pas à garder le sac photo fermé pendant la transition froid/chaud/froid. J'aimerais pas non plus que la neige tombe dans les compartiments du sac sans que les éléments ne soient protégés (condition d'une expédition). Soit, évitons toute mésaventure.



Cité plus haut: " (...)il faut laisser le matériel dans un sac non étanche pour permettre à l'humidité de s'évacuer en cas de besoin".

Je suis d'accord: il faut évacuer le plus possible l'humidité après la période d'équilibrage des températures et... lorsqu'on bénéficie d'un air suffisamment sec.


Vous avez tout à fait raison, je ne garderai pas mon boitier sous la veste (humidité, ponts thermiques) même dans un petit sac à la ceinture, j'ai prévu pour le matériel que je veux directement à ma disposition un petit sac à dos bien pratique ("Slingshot") quand je skierai ou marcherai, le reste dans le traineau.


NB: Pour la photographie en milieu froid (et notamment l'utilisation des films):
http://35mm-compact.com/photographie/photographie-milieu-froid.htm
http://antarctica.kulgun.net/Photography/

>Toujours à la recherche des petits sacs donc.

Merci et Bonne année à vous, et bien entendu aussi à PHOTOKOR (il me reste à savoir comment ajouter une émoticône ici)
J'utiliserai pour cette expédition hivernale dans le grand nord: Boitier F2/F2/MD1-MB1/FM Optique AI/AIS de la petite à la longue focale fixe  Flash Torche Metz

Condensation sur le matériel; petits sacs en plastique à vide d'air
« Réponse #6 le: 31 Déc, 2008, 03:15:12 am »
hello
pour que cela soit efficace, il faudrait descendre en dessous de 20mbar
si tu descends à 75% de la pression atmosphérique, tu mets 250g/cm² de pression sur ton matos, pas sûr qu'il s'en relève...
le plus simple est de prendre des ziplok standard et de les fermer au froid
J.Ph.
Les sages se taisent et les sots parlent (Lao Tseu). Et quand les sages parlent on ne les écoutent pas (captainyvan). il ne faut pas suivre les autorisations formelles, mais les absences d'interdictions. (H Gaud)mon Flickr

Condensation sur le matériel; petits sacs en plastique à vide d'air
« Réponse #7 le: 01 Jan, 2009, 20:58:32 pm »
Pour les "Ziplock" standard (ou de marque "Ziploc" ou pas), c'est comme le sachet de congélation, c'est le plan B (ou C) car je préfère encore ceci, ce n'est pas avec vide d'air mais au moins c'est solide et l'étanchéité est garantie,  cela se ferme facilement avec des gants et efficacement;
Marque "Haglöfs", ligne de produit "Watatait", par exemple les dimensions de celui-ci (13,50 X15,50 cm, existe aussi en 10 X19cm) peuvent convenir pour une partie du matériel;
http://www.haglofs.se/prd/visaprod.asp?ID=824&nid=786&lang=en&CatNr=235&CatNr2=&xCatNr=&NP=&Q=&HMtrl=&Str=&show=&ak=&nid2=905

Merci pour le calcul de pression, que je n'ai pas vérifié.
J'utiliserai pour cette expédition hivernale dans le grand nord: Boitier F2/F2/MD1-MB1/FM Optique AI/AIS de la petite à la longue focale fixe  Flash Torche Metz

Condensation sur le matériel; petits sacs en plastique à vide d'air
« Réponse #8 le: 07 Jan, 2009, 17:56:57 pm »
Et que pensez-vous des accus et des piles sous -20°C ou -40°C ? Ils se déchargent.
Je laisse tout mon matériel dans le sac à dos moussé (spécial photo) au froid mais j'enlève les accus et les piles et les fourre dans une poche intérieure, bien au chaud. Bien-sûr qu'il peut y avoir un peu de condensation, mais la tension de vapeur (le pourcentage d'eau dans l'air) sous -20 ou -40°C est très faible si vous n'avez pas jeté votre matériel dans la neige. On attend un peu dans le chalet que le tout se réchauffe et on remet les accus et les piles sur les appareils dont on a besoin.
Mon matériel Nikon ne souffre que très peu, pas d'air humide ne rentre dans mes zooms, peu de dépôt de buée sur les objectifs.
Je pose quelques minutes contre mon corps sous le pull le boîtier et l'objectif pour que ça se réchauffe. Sinon j'avais essayé de déposer un filtre neutre et c'est lui qui s'embue, il suffit d'essuyer avec du matériel à lunettes ou n'importe quel chiffon très doux en intissé.
Nikoniste depuis mes 20 ans, je suis passé au numérique avec D200 puis D800. Toute ma famille est Nikon. D300 D200 D80 F100 F80, FlshEye 10,5, 14-24, 17-55, 16-85, 24-70, 105 VR, 70-200 VR, SB800 SB600, SB-R1, Pola, pied etc.

Condensation sur le matériel; petits sacs en plastique à vide d'air
« Réponse #9 le: 07 Jan, 2009, 23:24:14 pm »
Merci pour votre réponse.  Pour répondre à la question concernant les accus et piles en très basses températures;

En ce qui me concerne, à savoir 15 jours d'expédition sans pouvoir compter sur une source électrique pour recharger des batteries, bivouac sous tente et aussi feu sous tente, température oscillant entre -40°C et -°5C, soleil insuffisant pour utiliser des panneaux solaires, déplacement quotidien plusieurs heures par jour, poids du matériel photo à emporter pas vraiment limité (utilisation de traineau à chiens),  j'ai opté pour des boitiers utilisables sans électricité (F2 et FM).  Mais j'ai décidé d'emporter aussi une torche Metz et un moteur pour le F2 qu'il faudra inévitablement alimenter.  Je souhaite prendre des photos avec le boitier fixé au traineau et le déclencher à distance par une commande filaire.  J'ai donc déporté le bloc d'alimentation du moteur.  J'utiliserai deux 9V lithium en série pour ce MD1.  Ce bloc étanche se trouve à mi-distance de la commande filaire.   Dans le traineau,  je placerai entouré d'un isolant ce bloc de piles avec des sachets chauffants/chauffés (ceux qui emmagasinent la chaleur d'un feu et qu'on met ensuite dans ses poches, une genre de bouillote).  Idem, j'ai un bloc d'alimentation externe pour le Metz (à placer dans la poche de veste).  C'est donc le même principe que le vôtre quand  vous mettez les accus sous la veste entre deux prises.
Des piles au lithium seront aussi meilleures que des alcalines pour le froid.  Il est à vérifier si les piles se déchargeront d'elles-mêmes (sans être connectées) à des basses températures ou si elles perdent leur capacité uniquement pendant le temps d'exposition au froid.

Pour les transitions froid-chaud et l'utilité des sacs étanches:

Les conditions sont particulières, sous tente, il y aura un fort taux d'humidité à certain moment dû au feu notamment (cuisine, séchage des vêtements).  C'est donc l'alternance de ces passages +-humide et chaud et sec/humide froid qui peuvent me poser problème.  J'évite de mon côté de mettre le matériel sous veste car c'est un endroit humide et chaud, c'est néfaste lors de la progression et c'est inutile sous tente. Petite expérience à faire, mettre le boitier dans le congélateur à -20°C puis le retirer pour l'exposer ensuite à une température de 5°C, observer.  Autre expérience, plonger l'appareil venant d'air très humide et chaud (15-20°C) dans le congélateur à -25°C, observer son aspect et son fonctionnement.

Dans mon cas, il me paraît important d'emballer hermétiquement, si je ne veux pas essuyer et faire sécher mon matériel pendant les transitions plus que je ne le devrais.  Notez que chez moi aussi, chaque objectif par défaut est muni d'un filtre UV, mesure de protection élémentaire pour la lentille.
J'utiliserai pour cette expédition hivernale dans le grand nord: Boitier F2/F2/MD1-MB1/FM Optique AI/AIS de la petite à la longue focale fixe  Flash Torche Metz