DXO PhotoLab 3
« Réponse #15 le: 29 Oct, 2019, 16:14:18 pm »
Je n'ai jamais compris en quoi la photothèque était un défi technique : c'est juste de la base de données, non ? Et j'imagine que DxO n'a pas l'intention de réinventer la base de données ? Pour ma part je m'en suis créé une il y a 15 ans, qui comprend près de 50 champs et compte maintenant plus de 30000 entrées, et ça m'a pris 5mn...

DXO PhotoLab 3
« Réponse #16 le: 29 Oct, 2019, 17:45:19 pm »
Pour les photographiques prolifiques, retrouver facilement des photos et réaliser rapidement des séries avec des images à plusieurs années d'intervalle est assez important. Plus généralement, le tri c'est infiniment plus chronophage que la post prod.

La post-prod, plus ça va plus elle se simplifie, pour moi : si la photo est bonne en sortie de boîtier (ou avec le dématriceur de mon soft, ici DXO), elle le sera quelle que soit ma post-prod, qui pourra donc être rapide.
Si, en revanche, ma photo est pas top, de toute façon la post-prod la sauvera pas.

Il existe quelques cas atypiques où la post-prod est déterminante (notamment les photos de mode [et encore, on gagne du temps à l'éclairage et au maquillage] ou les packshots, notamment pour le respect des couleurs).

Donc : je n'attends plus de gain de temps sur la post-prod aujourd'hui, surtout que les outils de DXO sont déjà très bons.

Par contre, le tri est long. Il me faut en plus pouvoir trier les mises au point bonnes des mauvaises, sélectionner la bonne image dans une rafale, virer les ratés/erreurs, etc. Et sur ce point-là, DXO est lent. Or, je préfèrerais gagner 80% de temps sur le tri que 5% de temps sur la post-prod, vu que la PP de DXO est déjà bien optimisée.

DXO PhotoLab 3
« Réponse #17 le: 02 Nov, 2019, 09:06:36 am »
Je n'ai jamais compris en quoi la photothèque était un défi technique : c'est juste de la base de données, non ? Et j'imagine que DxO n'a pas l'intention de réinventer la base de données ? Pour ma part je m'en suis créé une il y a 15 ans, qui comprend près de 50 champs et compte maintenant plus de 30000 entrées, et ça m'a pris 5mn...
Ce n'est pas la base de donnée le problème mais son intégration dans le logiciel, dans l'UI et la prise en compte de la scalabilité pour ne pas altérer les performances le tout avec un applicatif multi-plateforme (MAC / Windows ) et donc aussi du SGBD multi-plateforme (le SGBD étant dans ce cas embarqué et non centralisé).
Donc au final, ce n'est pas aussi simple que cela et nécessite des compétences spécialisées ( architecte SQL/dev SQL/QA SQL) sans parler du support de cette intégration qui doit prendre en compte les évolutions du SGBD avec des impacts potentiels sur le development de l'applicatif.
C'est vraiment un gros travail.

DXO PhotoLab 3
« Réponse #18 le: 02 Nov, 2019, 15:05:04 pm »
Ce n'est pas la base de donnée le problème mais son intégration dans le logiciel, dans l'UI et la prise en compte de la scalabilité pour ne pas altérer les performances le tout avec un applicatif multi-plateforme (MAC / Windows ) et donc aussi du SGBD multi-plateforme (le SGBD étant dans ce cas embarqué et non centralisé).
Donc au final, ce n'est pas aussi simple que cela et nécessite des compétences spécialisées ( architecte SQL/dev SQL/QA SQL) sans parler du support de cette intégration qui doit prendre en compte les évolutions du SGBD avec des impacts potentiels sur le development de l'applicatif.
C'est vraiment un gros travail.
Pour faire quelque chose de vraiment neuf qui apporterait des plus, il faudrait songer à abandonner cette vielle technologie SQL au profit de quelques choses plus à jour comme par exemple de NOSQL; ceci permettrait de faire des recherches sur le contenu des images et non plus simplement sur des mots clefs déclarés à l’acquisition  ;) 

*

Hors ligne Jean-Christophe

DXO PhotoLab 3
« Réponse #19 le: 02 Nov, 2019, 15:17:44 pm »
Je n'ai jamais compris en quoi la photothèque était un défi technique : c'est juste de la base de données, non ? Et j'imagine que DxO n'a pas l'intention de réinventer la base de données ? Pour ma part je m'en suis créé une il y a 15 ans, qui comprend près de 50 champs et compte maintenant plus de 30000 entrées, et ça m'a pris 5mn...
Je doute qu'en 5mn tu intègres la gestion des mots-clefs, des EXIF, le classement par collections, la recherche sur texte libre, les étoiles, les drapeaux, les notes, la recherche et l'indexation automatique de visages, etc etc.

Bien sûr on peut se contenter de moins, c'est ce que proposent PhotoLab 3 et Luminar par exemple.
Mais refaire un catalogue type LR c'est bien autre chose.

*

Hors ligne Jean-Christophe

DXO PhotoLab 3
« Réponse #20 le: 02 Nov, 2019, 15:19:52 pm »
Pour faire quelque chose de vraiment neuf qui apporterait des plus, il faudrait songer à abandonner cette vielle technologie SQL au profit de quelques choses plus à jour comme par exemple de NOSQL; ceci permettrait de faire des recherches sur le contenu des images et non plus simplement sur des mots clefs déclarés à l’acquisition  ;)
C'est déjà implémenté dans Lightroom (version Cloud) via l'IA. Tu peux chercher des photos en utilisant des mots comme "rouge" pour des photos à dominante rouge, ou "vélo" pour des photos qui montrent un vélo, etc.

L'avantage étant que l'on peut utiliser le catalogue Lightroom Classic comme base et utiliser cette recherche dans Lightroom( ex. CC).

DXO PhotoLab 3
« Réponse #21 le: 03 Nov, 2019, 09:42:07 am »
Merci pour les explications données par les spécialistes des bases de données.

Sinon je confirme que ma propre base de données conçue en 5mn fait tout ce que décrit Jean-Christophe. Avec 50 champs (dont l’un listant les mots-clés) il suffit de faire une recherche croisée sur 2, 10 ou 20 critères (y compris l’expression exacte dans du texte parfois long de plusieurs dizaines de pages) et on a instantanément ou presque les retours correspondants (ce qui correspond à une collection etc.).

Après il s’agit d’une base de données autonome et non intégrée à un logiciel dont la finalité première est autre, j’entends bien les remarques faites plus haut.

DXO PhotoLab 3
« Réponse #22 le: 10 Nov, 2019, 15:31:12 pm »
Pour faire quelque chose de vraiment neuf qui apporterait des plus, il faudrait songer à abandonner cette vielle technologie SQL au profit de quelques choses plus à jour comme par exemple de NOSQL; ceci permettrait de faire des recherches sur le contenu des images et non plus simplement sur des mots clefs déclarés à l’acquisition  ;)

Pour l'exemple que vous citez, on peut déjà faire cela avec SQL en utilisant ce qu'on appelle un BLOB (Binary Large Object) qui est ensuite manipulé avec FILESTREAM et FileTable.

NoSQL est parfait pour de très grandes base de données (c'est d’ailleurs sur le Web et son Bigdata qu'il est utilisé en majorité). C'est une approche que je recommande aussi par sa scalabilité. Le problème de NoSQL réside dans le fait qu'il n'utilisait pas de transaction comme SQL. Je dis bien qu'il n’utilisait pas car c'est en train de changer ( DynamoDb, Azure Cosmos DB, etc) qui implémente de façon partielle un niveau de transaction.

Si je devais développer un outil de catalogage local, multiplateforme, non distribué, robuste, j'utiliserai plutôt une SQLite qui offre le gros avantage d'être écrit en C donc compilable sur la plus part des plateformes. Ensuite je pourrai aisément l'intégrer à mon applicatif. SQLite doit être un des moteur de base de données qui est le plus utilisé au monde pour sa portabilité.
 
Globalement, il ne faut pas croire que ce qui est vieux est mauvais car il n'y a pas une seule architecture qui répondrait à tous les besoins.

Parole d'architecte.
 ;)


*

Hors ligne Jean-Christophe

DXO PhotoLab 3
« Réponse #23 le: 11 Nov, 2019, 12:32:51 pm »
C'est quand même loin d'être grand public vos solutions de développement SQL ...

Le plus simple reste d'utiliser les solutions offertes par les logiciels.
Lightroom a le meilleur catalogue.
Pour le gratuit il y a Bridge.
Pour des solutions moins performantes mais utilisables Luminar, Capture One Pro, Darktable.


DXO PhotoLab 3
« Réponse #24 le: 13 Nov, 2019, 19:38:07 pm »
Il s'agissait visiblement des options qui se présentent aux développeurs des logiciels photo, pas de ce que le "grand public" serait supposé faire...

DXO PhotoLab 3
« Réponse #25 le: 13 Nov, 2019, 21:18:33 pm »
Il s'agissait visiblement des options qui se présentent aux développeurs des logiciels photo, pas de ce que le "grand public" serait supposé faire...

Oui en effet, ce n'est pas pas orienté grand public mais pour tenter de mettre en lumière que les choix architectures ne sont pas aussi binaires que cela, si je puis dire.

@Jean-Chrstophe:

Si cela n'est pas encore fait, peut être que vous devriez faire un petit sujet sur le catalogage porté parles outils que vous avez cité?

*

Hors ligne JacRod74

DXO PhotoLab 3
« Réponse #26 le: 25 Nov, 2019, 20:51:21 pm »
J'ai téléchargé la version essai. L'outil dupliquer a fonctionné deux fois (pas évident je trouve) puis fini. Que je demande dupliquer ou réparer, il ne fait plus que réparer. La zone de clônage n'apparaît plus.

Quelqu'un a-t-il aussi remarqué cela ?
Pas de problème pour moi, le tampon correcteur marche plutôt très bien dans cette dernière version.

Globalement j'aime beaucoup ce logiciel, sans doute parce qu'il me rappelle beaucoup capture NX2.

Le nouvel outil TSL est pratique, même si je trouvais que le TSL de Capture NX2 était plus simple à utiliser et plus précis.

DXO PhotoLab 3
« Réponse #27 le: 02 Déc, 2019, 13:44:59 pm »
Merci  JacRod74. En fait, quand on active l'outil réparer, il y a en haut à droite un onglet "voir les masques". Si on ne sélectionne pas cet onglet, ce qui était mon cas, DXO va cloner d'office une zone que l'on ne peut pas voir puisque le masque n'est pas visible et dans ce cas, c'est pas toujours pertinent. Il suffit donc d'activer "voir le masque" et de modifier à sa guise la zone de clonage.

J'aime surtout la possibilité d'inverser la sélection. C'est un souhait que j'avais fait (avec bcp d'autres sans doute) auprès de DXO lors d'un salon de la photo. Il a fallu deux ou trois ans mais enfin la voici.

C'est vrai qu'on retrouve quelque peu Capture NX 2 en mieux. j'aurais encore un souhait, c'est que DXO reconnaisse les picture control Nikon, on aurait ainsi une meilleure correspondance entre le Neff d'origine (surtout quand on effectue des corrections directes avec un Z) et l'image traitée par DXO. Il paraît que lightroom reconnaît partiellement les picture control.

J'ai mis longtemps à faire des auto-réglages (depuis DXO 4) mais je suis arrivé à des résultats qui me satisfont pleinement. Dommage que Capture NXD soit loin de valoir Capture NX 2 et forcément DXO.

J'aime bien aussi le côté "familial et local" de DXO. J'en veux pour exemple un problème d'installation suite à l'achat d'un nouvel ordi. J'avais à peine formulé mon problème que le SAV prenait contact et qu'après quelques minutes j'avais une solution. et je pourrais citer plusieurs autres cas.