*

Hors ligne karlito

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« le: 28 Oct, 2017, 15:25:34 pm »
Bonjour la communauté.

Je me permets de vous sollicité aujourd’hui au sujet de l’intérêt de mes photos, mais de nos photos à tous aussi.

Je m’adresse à nous qui sommes amateur, passionné, qui faisons de la photo sans profit financier évident. Quel est notre intérêt ?

Quel est notre intérêt à passer du temps à faire une photo qu’on peut trouver sur Google image ? Je parle notamment de la photo de paysage en voyage. Je précise la photo de paysage en voyage, car on a pas toujours le temps de composer autrement que l'image qu'on c'est faite de la destination, via les photos trouvé sur internet.

Cette remarque m’a frappé au retour de voyage d’un copain qui est allé aux Cinques terres en Italie.
Quand il m’a montré ses photos, j’étais content pour lui … Mais je me suis dit, ces photos des cinques terre, je l’ai déjà vu partout sur internet. Du coup, quel est l’intérêt d’avoir la sienne ? Sur ses photos de vacances, il n'y a aucune photo de lui et de sa petite amie. Du coup, quel souvenir en garde t-il mise à part ses photos de paysage qu'on peux aussi trouver sur le net.

Aux yeux des autres (Famille, amis ect) qu’est-ce que ça change que ce soit une photo prise sur Internet ou une photo que j’ai prise-moi si je ne suis pas dessus ? Qu’est-ce que nos enfants en penseront plus tard ? « Chouette, mais t’es ou toi papa sur la photo ? »

Du coup je me demande, est-ce que je dois m’intégrer sur certaine de mes photos de paysage ? Mettre mon trépied, le retardateur, et m’ajouter dans la photo en train de contempler le paysage ?
Au final, qui a raison ? Les gens qui font des selfies d’eux avec la perche ou nous derrière nos gros boitiers ? 

Enfin voilà, une petite remise en question pour prendre de la hauteur.

Merci pour vos futures réponses. Je poste également la photo de mon ami qui m’a remis en question.
Ma galerie Flickr : https://goo.gl/HqCfES
Nikon D7200 : Sigma 10-20 F3.5 / Sigma 18-35 ART F1.8/Sigma 17-50 F2.8 / Sigma 50-100 ART F1.8 / Sigma 50-150 F2.8 / Sigma 150-600 C F5-6.3 / Macro : Marumi DHG 200


Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #1 le: 28 Oct, 2017, 18:51:18 pm »
C'est une sacrée reflexion que la tienne. J'y ai déjà forcément un peu pensé, comme beaucoup.

Perso je fais "ma" photo. Je sais que souvent, elles ont été prises par d'autres, peut être même parfois de la même manière. Mais cette photo que je fais, je la fais moi. J'immortalise en qq sorte le moment que moi je vis, sans oublier bien sûr de regarder avec mes yeux (car souvent le risque en photo c'est de ne tout vivre à travers l'appareil photo). Ce que je tente de faire, c'est de faire la photo "classique" et ensuite de tenter d'en faire une autre plus originale, avec un cadrage différent...

Après c'est vrai que je suis rarement dessus, mais je me "force" à apparaitre, ou faire apparaitre les potes, dans un autre style de photos.

Moi je vois ca comme figer, immortaliser le moment que je vis.

*

Hors ligne karlito

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #2 le: 28 Oct, 2017, 19:09:40 pm »
Merci pour ton retour nounoupoun.
J'avais l'appréhensions que mon message soit mal perçu. (Je me suis permis de m'abonner à ton compte Insta et de suivre ton projet sur ta page Facebook hé hé)

Pour en revenir au sujet, tu as raison et je fais comme toi, c'est à dire que jusqu'à aujourd'hui, je prends ma photo, j'y applique mon traitement, et bien souvent j'en suis ravie !

Mais voilà, maintenant que j'ai conscience que je ne personnalise jamais vraiment mes photos de paysage en voyage, je suis dans le constat de me dire "Bah oui, mes photos ressemble à celle des autres" Pire encore si je regarde sur Flickr.

Par exemple, cette photo de Bruge. A gauche la mienne, a droite une photo dans les premiers résultat sur Flickr.

Enfin bref, j'exagère un peu mais j'en viens à me dire, quitte à faire une photo qui ressemble au autre, autant faire un selfie comme tous le monde

Ma galerie Flickr : https://goo.gl/HqCfES
Nikon D7200 : Sigma 10-20 F3.5 / Sigma 18-35 ART F1.8/Sigma 17-50 F2.8 / Sigma 50-100 ART F1.8 / Sigma 50-150 F2.8 / Sigma 150-600 C F5-6.3 / Macro : Marumi DHG 200

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #3 le: 28 Oct, 2017, 19:51:54 pm »
Je comprends ton raisonnement mais je ne le vois vraiment pas comme ca.
C'est pas très grave de faire les meme photos que "tout le monde", puisque c'est pas celles de tout le monde, ce sont les tiennes. Avec ta sensibilité du moment, tes yeux, ton ressenti, ton vécu, le simple fait que tu sois "là"...

Après artistiquement, je comprends ton raisonnement, c'est pour ca que je tente (pas toujours j'avoue), de faire un cadrage différent et/ou complémentaire. Mais j'avoue que c'est parfois compliqué en matière de paysage. Mes les premiers plans que tu ajoutes, la faàon dont tu composes la photo... Même si le paysage est le même, elle reste ton interprétation.

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #4 le: 28 Oct, 2017, 20:22:04 pm »
Bonne question  ;D .

Comme beaucoup, je me ballade et je vois quelque chose qui me plait et que j'ai envie de prendre en photo. J'y ai vu une lumière intéressante, un sujet intéressant, un point de vue différent... Ce sont des photos souvenir, voir un petit reportage sur le lieu visité.

Je fais des photos de ma ville en me baladant dans des quartiers différents. J'aime les photos de la ville pour voir son évolution. Beaucoup de choses évoluent d'années en années. Le centre ville historique permet d'avoir facilement des sujets intéressants. Par contre, pour les quartiers périphériques, c'est plus difficile, vu qu'il n'y a pas de jolies bâtiments anciens. Dans ce cas, il manque un repère pour identifier la ville (la cathédrale au loin, ou un autre édifice typique de la ville). Je m'inspire parfois des photos des autres et parfois je tombe sur une bonne idée : tel bâtiment banal, au lieu de le photographier au grand angle, pourquoi ne pas prendre en photo la succession des balcons... Il faut trouver autre chose à montrer. Je suis encore très loin de faire des photos intéressante, j'apprend tous les jours.

En ce moment, j'essais de faire des photos des quartiers difficiles avec le thème "mon quartier est moche". En fait le titre du thème est ironique, parce qu'en fait j'essais justement de trouver quelque chose de graphique à montrer et ainsi montrer les quartiers défavorisés sous un autre angle (avec le tram, ou la végétation en fil conducteur, ou autre chose ?!?!). Pas facile. Il faut se balader, regarder, tester... En plus avec les dealers, il faut être discret pour ne pas se faire harceler (ça m'est déjà arrivé qu'ils me prennent pour un flic) voir même, se faire piquer le matos.

Donc pourquoi faire des photos ? Pour le souvenir, pour faire un reportage, pour avoir sa vision de l'endroit, pour le voir à différentes saisons, pour le voir la nuit ou à différentes heures... et se faire plaisir  ;D .

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #5 le: 28 Oct, 2017, 21:12:04 pm »
Salut,

Il me smeble que l'on à déjà débattu de ce sujet il n'y a pas longtemps dans un autre fil... ou un autre forum... je en sais plus  ... c'est bête, sinon j'aurais mis le lien

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #6 le: 29 Oct, 2017, 08:45:14 am »
Il y a une remarque qui est importante au début de ce post, sur la place de l'humain.

Je suis toujours frappée par l'intensité de mon émotion quand je regarde des clichés avec des personnes qui n'existent plus : des inconnus ou ascendants lointains quand ce sont des photos anciennes, ou des proches qui sont morts quand les photos sont récentes.

Intégrer l'humain n'est pas une obligation, mais reste quelque chose d'unique, irremplaçable.
C'est bien de se poser la question pour faire un choix et ne pas regretter de ne pas avoir photographié les gens.

Ce qui ne veut pas dire que ne pas le faire est un défaut. On peut tout à faut chercher autre chose dans la pratique photo.
Qui pense peu se trompe beaucoup (Léonard de Vinci)

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #7 le: 29 Oct, 2017, 12:11:59 pm »
C'est une question que tous photographe, (c'est juste celui qui a un appareil dans la main, pas plus) s'est posé un jour. Pourquoi je continu a faire des photos d'arbres, j'en ai déjà plusieurs centaines, même plus. Parce que je photographie aussi le moment ou je fais la photo et ce n'est pas le même moment que l'arbre précédent.
Je m'explique : si l'endroit est le même, la météo, les gens avec moi, ce que j'ai fait juste avant et tout ce qui fait que je suis là, c'est différent. Et quand je regarde une photo, c'est tout çà dont je me souvient, c'est tout çà que je vois, c'est un moment de ma vie.
Je me souvient d'un copain qui voulait me montrer une photo de sa fiancée, sur la photo il y avait un groupe d'amis, et il nous dit : elle est là, juste à coté (de la photo). pour nous, rien de la fiancée, mais lui il la voyait !
Quand tu fait une photo, c'est pareil, tu n'est pas dessus, mais tu est juste derrière, et tu est là.
Et je continuerais à faire des photos d'arbres seul. Même si il y en a déjà des centaines de milliers.
Et que dire de tous ces mitraillages de pipeul, de politique et autre par des centaines de photographe au même moment et au même endroit. Il ne se pose même pas la question, bien sur qu'ils vont faire la même photo, mais celle là, c'est la mienne.
Continue à faire des photos, essaie seulement de ne pas redresser la tour de Pise !!
"Les photos sont là, et il ne te reste plus qu'à les prendre". Robert Capa
"Il n'y a aucune règle pour une bonne photographie, il y a seulement de bonnes photographies" - Ansel Adams

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #8 le: 20 Déc, 2017, 21:30:52 pm »
et pourquoi pas tout simplement pour son propre plaisir

 si tu en viens à te poser la question de quel intérêt il y a t'il à prendre cette photo, ne la prend pas, part en vacances sans appareil et profite de l'instant
pratiquer la photo nous prive parfois de vivre le moment présent, de ressentir pleinement une émotion ou de faire des rencontres enfermé que l'on est derrière cette petite lucarne
si tu n'en retire pas du plaisir sur le moment ou par la suite quand tu visionnera tes images, alors pose ton appareil et tu le reprendras quand le désir sera de retour
 ;)

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #9 le: 14 Fév, 2018, 18:02:09 pm »
Bonsoir

Excellente reflexion sur ce sujet

Remarque personnelle, sur une photo prise par moi, il y a tout un contexte que d'autre personnes ne verront pas, une sorte de richesse contextuelle difficile a partager ?

Cdlt
PL
Nordj76 sur Flickr

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #10 le: 14 Fév, 2018, 18:53:58 pm »
Il y a une petite mais fondamentale différence entre les photos sur internet et les miennes : j'y étais exactement quand la photo a été prise et là d'où elle a été prise! ^-^
Des zooms DX, des fixes FX et le même boîtier pour tout le monde.

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #11 le: 18 Fév, 2018, 17:20:33 pm »
Bonjour,
Photographier c'est étymologiquement "écrire avec la lumière".
 On peut écrire/dire la même chose que les autres, mais on peut/doit se différentier. Une photo est souvent un simple document (capture de l'ambiance lumineuse du lieu à un instant "T", preuve par l'image que untel et unetelle "where here" ;D), elle devrait plus souvent raconter/suggérer une histoire, et ne pas être seulement le résultat de la mise en oeuvre réussie d'un matériel de prise de vue.

Je rentre de voyage; deux photographes pros en étaient, et les clichés de l'un et de l'autre, étaient radicalement différents  (en type de sujet, angle de vue, choix de l'instant, et bien sur post-traitement) et je ne parle pas des photos des voyageurs lambda, pourtant nous avons été plus ou moins en même temps au même endroit, et avec un matériel équivalent.

Je suis de plus en plus convaincu que le plus important dans le résultat réside dans celui/celle qui est derrière l'appareil photo...

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #12 le: 19 Fév, 2018, 09:44:38 am »
Bonjour,
Photographier c'est étymologiquement "écrire avec la lumière".
Je suis de plus en plus convaincu que le plus important dans le résultat réside dans celui/celle qui est derrière l'appareil photo...

Entièrement partagé

Cdlt
PL
Nordj76 sur Flickr

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #13 le: 20 Fév, 2018, 09:17:07 am »
C'est ce dont traite l'article que j'ai ecrit et partagé au dessus en partie.

Concernant le paysage, si j'en fais c'est pour la déco, ca ne m'impressionne pas vraiment et je trouve cela un peu chiant. En avoir un ou deux oui mais me trimballer avec un trépied c'est lourd et ça pousse à faire du coucher de soleil mainstream déjà vu. Et s'il pleut c'est la fin du monde.

Hier excellent reportage sur Robert Frank, qui disait que "les gens" sont les plus importants sur les photographies. Le paysage a les limites imposées par la nature et la physique, alors que deux personnes peuvent apporter des milliers d'histoires. Trois personnes des millions, et on est des milliards.
Ajoutant à cela les memes variables qu'un paysage, on a des possibilites infinies.

Je prends le grand canyon mainteant, il y a 10 ans ou dans 10 ans, fort sera celui qui pourra m'en donner la date. Pour moi c'est une photo géologique : j'arrête le temps sur une periode d'un siècle où sauf imprévu rien n'aura bougé. Je prends deux inconnus qui se croisent, plus jamais cela n'arrivera dans cette situation.
Passé au Fuji XT2, mais garde Nikon à l'œil

Remise en question sur l’essence même de nos photos.
« Réponse #14 le: 25 Fév, 2018, 12:35:04 pm »
C'est ce dont traite l'article que j'ai ecrit et partagé au dessus en partie.

Concernant le paysage, si j'en fais c'est pour la déco, ca ne m'impressionne pas vraiment et je trouve cela un peu chiant. En avoir un ou deux oui mais me trimballer avec un trépied c'est lourd et ça pousse à faire du coucher de soleil mainstream déjà vu. Et s'il pleut c'est la fin du monde.

Hier excellent reportage sur Robert Frank, qui disait que "les gens" sont les plus importants sur les photographies. Le paysage a les limites imposées par la nature et la physique, alors que deux personnes peuvent apporter des milliers d'histoires. Trois personnes des millions, et on est des milliards.
Ajoutant à cela les memes variables qu'un paysage, on a des possibilites infinies.

Je prends le grand canyon mainteant, il y a 10 ans ou dans 10 ans, fort sera celui qui pourra m'en donner la date. Pour moi c'est une photo géologique : j'arrête le temps sur une periode d'un siècle où sauf imprévu rien n'aura bougé. Je prends deux inconnus qui se croisent, plus jamais cela n'arrivera dans cette situation.

J'aime assez ton analyse mais je pense qu'il y a plusieurs choses (en tout cas pour moi) pour le paysage.
la photo de paysage, c'est vrai a "ses limites" mais l'heure, le temps, l'état d'esprit du moment, la "satisfaction de le photographier soi-même", l'appréciation du moment, les gens avec qui ont est (si on est pas seul) au moment de la photo, et le faire de le voir de ses propres yeux ... tout ça la rend unique même si commune avec des centaines d'autres.

Et les gens. Pendant longtemps, le portrait, les gens, ils étaient mieux ailleurs que mes photos. Et ils sont finaleent très intéressant. Mes voyages en Asie m'ont ouvert aux gens, à la photo de portrait même ... et je suis d'accord avec ton analyse. Il y a des milliers d'histoires à raconter.