.../...car dans ma tête, un RAW est un RAW cad l'information de l'impact des photos sur la zone sensible d'un capteur...
RAW ça veut dire "Brut" (ou saignant pour le steak chez nos amis anglo-saxons  :D ) Mais il y a Brut et Brut de chez Brut ! (Dans le Champagne aussi, et même le blanc de blanc. Mais on s'en balance des blancs;) )
Au sujet de ce traitement d'usine Nikon ne communique pas beaucoup. Moins que Canon avec son DIGIC qui indique une traitement analogique en sortie de CMOS pour "débruiter" : Le Noise Patern".
Convaincu ? Une preuve ? Prends une photo en RAW tout seul à 200 ISO et la même en 2500 ISO tu constateras qu'à 2500 ISO le fichier est plus lourd. De l'ordre de : 200 ISO = 40Mo et 2500 ISO = 46Mo (pour un D800)
Et si vous me croyez, quels que soient mes avis, vous vous trouverez bien de les avoir suivis.


*

Hors ligne Leodium

Inconvénient du 14 bits : plus lent en rafale et plus volumineux. Ce qui peut justifier le codage en 12 bits - d'autant que les écrans les plus performants plafonnent à 10 bits actuellement (1024 niveaux, 1 milliard de couleurs).

Et pour les impressions ?  :hue:
.: Leodium :.
D700/F3 + Mamiya 645 + Exa 1C &   --> http://www.leodium.net & http://instagram.com/leodium.est.fautographe

*

Hors ligne Weepbitterly

Pour répondre directement à la question :  pour ma part, je ne vois pas de différence à l'impression entre une image 8 bits et une en 12, 14 ou 16 bits.  Les fichiers jpeg sont d'ailleurs uniquement en 8 bits.

Une imprimante travaille de manière spéciale.

Le fichier numérique à imprimer est codé en couleurs "franches", l'une parmi les 256 nuances disponibles (ou parmi les 4096 niveaux en 12 bits ou 16384 niveaux en 14 bits). La juxtaposition de deux couleurs immédiatement voisines donne une impression de dégradé.

Une imprimante ne dispose que de 4 couleurs, CMJN, ou au mieux de 8 ou 9 selon le nombre de cartouches, bien loin des 16 millions du fichier.
 
Pour restituer les dégradés, qui sont donc en tons continus dans le fichier numérique, les imprimantes appliquent une technique spécifique de tramage en demi-ton, en jouant sur le nombre de points d'encre, l'espace entre les points, leur densité, etc. pour simuler un dégradé de couleurs.

Pour prendre l'exemple le plus simple d'une imprimante noir et blanc : elle ne dispose que de la couleur noire, le blanc étant celui du papier. Toute la gamme de gris entre le noir de l'encre et le blanc du papier est simulée avec des nuages de points de couleur uniformément noire mais plus ou moins espacés, que l’œil va "mélanger" avec le blanc du papier pour nous faire voir du gris.

C'est exactement pareil avec l'impression couleur, mais avec un plus grand nombre d'encres.

Donc, que le fichier soit codé en 8 ou 16 bits, l'imprimante va faire "à sa sauce" :D


*

Hors ligne Leodium

Mwais... Donc, que l'on imprime ou que l'on ne fasse que mettre sur écran/projection (dans des tailles normales) dans un cadre non professionnel (mais juste exigeant)  ... Un RAW sera souvent plus que suffisant. Merci...
.: Leodium :.
D700/F3 + Mamiya 645 + Exa 1C &   --> http://www.leodium.net & http://instagram.com/leodium.est.fautographe

Le 14 bits à un avantage c'est dans les situations de lumière délicate tu pourras en tirer parti pour sortir de ce fichier brut une meilleure image que en 12 bits... qui peut le plus peut le moins. Perso je me pose pas autant de questions je shoot en 14 bits et voilà...  faut arrêter de vouloir "radiner" sur la taille des fichiers... surtout de nos jours avec des cartes de 8, 16, 32, 64 voir plus...  à l'époque des 2 et 4 Go seulement je veux bien croire que choisir entre 12 et 14 était un choix, mais de nos jours... !!!

*

Hors ligne Leodium

qui peut le plus peut le moins. [...]  à l'époque des 2 et 4 Go seulement je veux bien croire que choisir entre 12 et 14 était un choix, mais de nos jours... !!!

Donc, RAW au max... Je penche aussi pour cette solution...
.: Leodium :.
D700/F3 + Mamiya 645 + Exa 1C &   --> http://www.leodium.net & http://instagram.com/leodium.est.fautographe

Oui absolument sauf si tu as besoin de donner des jpeg à l'instant T+1 après la prise de vue. Là tu shoot alors en RAW+Jpeg(basic)

*

Hors ligne Weepbitterly

qui peut le plus peut le moins.

C'est vrai, mais on peut aussi se dire que le mieux est l'ennemi du bien :D

De toutes façons, que le fichier soit en 12 ou 14 bits, il est traité en 16 bits par les logiciels de retouche qui gèrent cette profondeur de couleurs. Et obligatoirement en 8 bits par les autres, comme Photoshop Elements, XN View, ou Gimp jusqu'à récemment.



*

Hors ligne Leodium

Tiens. Le choix du profil colorimétrique influe le RAW ? Adobe Rvb, sRvb, Promachin ?
.: Leodium :.
D700/F3 + Mamiya 645 + Exa 1C &   --> http://www.leodium.net & http://instagram.com/leodium.est.fautographe

*

Hors ligne Weepbitterly

Ça influe très éventuellement sur l'affichage-écran, mais la plupart des logiciels photo savent reconnaître et gérer ces différents espaces de travail, au moins sRGB et Adobe RGB ; moins souvent ProPhoto RGB.

Prophoto RGB reste un cas un peu à part pour différentes raisons techniques, et il n'est de toutes façons pas proposé par les boitiers Nikon.

Edit : Je précise, pour éviter toute mécompréhension, qu'un fichier raw n'est ni en sRGB ni en Adobe RGB, puisqu'il s'agit d'un fichier monochrome. En revanche le choix sRGB/Adobe RGB influe sur le jpeg issu du boitier, puisque son espace de couleurs aura des "dimensions" différentes.

« Modifié: 09 Nov, 2014, 10:02:57 am par Weepbitterly »

*

Hors ligne Leodium

Edit : Je précise, pour éviter toute mécompréhension, qu'un fichier raw n'est ni en sRGB ni en Adobe RGB, puisqu'il s'agit d'un fichier monochrome.

Heu ????
.: Leodium :.
D700/F3 + Mamiya 645 + Exa 1C &   --> http://www.leodium.net & http://instagram.com/leodium.est.fautographe

*

Hors ligne Weepbitterly

Oui, il s'agit d'un fichier à une seule couche en niveaux de gris.

C'est pour ça qu'on a besoin de le dé-matricer : les couleurs sont reconstituées à l'aide d'une matrice identique au filtre de Bayer qui est devant le capteur de l'APN. Les niveaux de gris sont contenus dans le raw et donnent l'information de densité, plus ou moins clair ou foncé.


Voir le schéma de fonctionnement ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/RAW_%28format_d%27image%29

*

Hors ligne Leodium

Oui, il s'agit d'un fichier à une seule couche en niveaux de gris.

C'est pour ça qu'on a besoin de le dé-matricer : les couleurs sont reconstituées à l'aide d'une matrice identique au filtre de Bayer qui est devant le capteur de l'APN. Les niveaux de gris sont contenus dans le raw et donnent l'information de densité, plus ou moins clair ou foncé.


Voir le schéma de fonctionnement ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/RAW_%28format_d%27image%29

Ce n'est pas que je ne te crois pas (je te fais confiance hein) mais tu as un site qui le dit ? Ce serait une révélation pour moi !!
.: Leodium :.
D700/F3 + Mamiya 645 + Exa 1C &   --> http://www.leodium.net & http://instagram.com/leodium.est.fautographe

*

Hors ligne CharlesG

Ce n'est pas que je ne te crois pas (je te fais confiance hein) mais tu as un site qui le dit ? Ce serait une révélation pour moi !!

Bonjour, tu n'as qu'à faire une recherche sur internet avec "matrice de Bayer raw" et tu auras une multitude de réponses.

*

Hors ligne Weepbitterly

C'est la technologie de reproduction des couleurs des capteurs qui l'explique :

Les pixels sont composés de plusieurs photosites (4 en général, 2 dédiés aux verts, un aux rouges et un aux bleus). Ils sont sensibles à l'intensité lumineuse mais aveugles aux couleurs.

Pour reconstituer les couleurs, il y a un filtre devant chaque photosite, qui ne laisse passer que le rouge, le vert ou le bleu. Le photosite dédié au bleu, par exemple, ne recevra que l'intensité lumineuse d'un bleu et ne sera excité ni par le vert ni par le rouge.

Le raw contient donc 4 canaux, qui enregistrent l'intensité des verts (2 canaux), des rouges et des bleus (1 canal pour chacun).

Pour le logiciel de dématriçage, yapuka combiner toutes ces infos pour afficher une image couleur en RVB.

Note annexe  : Les capteurs Sigma Foveon appliquent une technologie différente, sans matrice de Bayer. Les capteurs CCD et CMOS de Nikon et des autres constructeurs fonctionnent avec un filtre.