Faire son métier
« le: 03 Juil, 2020, 17:30:56 pm »
Bonjour,

Je cherche à avoir des clients en photographie, si vous avez des conseilles à me donner, ce serai sympa.
Cordialement

Amandine


*

Hors ligne Jean-Christophe

Faire son métier
« Réponse #1 le: 03 Juil, 2020, 18:55:53 pm »
Le meilleur conseil que je puisse donner, c'est de faire des études de commerce, pas de photo.

Quant à laisser un tel message sur un forum de passionnés, je doute  que ce soit le bon endroit pour vendre des photos.

Faire son métier
« Réponse #2 le: 04 Juil, 2020, 01:36:52 am »
faut surtout se bouger remplir son carnet d'adresse telephoner.

Recommencer etc....
Boitiers Nikon avec les optiques qui vont bien.

Faire son métier
« Réponse #3 le: 04 Juil, 2020, 11:09:55 am »
Le travail n'arrive pas tout seul, il faut aller le chercher. Etoffer son book, et apprendre à se vendre. Comme JC, se tourner vers une école de commerce/marketing.
Ne pas négliger l'impact sur les réseaux sociaux (FB, insta, ...)
D850 // D700 + PDK1  //  D80 + MB80  //  F80 + MB16 // F100

Faire son métier
« Réponse #4 le: 04 Juil, 2020, 11:23:12 am »
Attention également... le photographe professionnel, qui gagne sa vie correctement en vendant des photos, passe en général plus de temps à ne PAS prendre de photos.
L'image idéale de la personne sillonnant le pays avec son appareil tout en vivant de ça n'existe pas, ou alors pour très peu de photographes très connus... comme pour toutes les formes d'art en fait.

Faire son métier
« Réponse #5 le: 04 Juil, 2020, 12:38:48 pm »
Bonjour,

D'abord commencer à gagner sa vie avec un job offrant si possible un peu de souplesse horaire.
Ensuite avoir un book orienté sur un aspect commercial pratique (packshots variés, photos industrielles, photos de métiers, photos d'intérieurs, photos d'architecture, photos urbaines, photo de stands, de congrès ou réunions, d'actualités, faits divers, quelques unes plus personnelles paysages, portaits, etc.).
Consacrer tous ses temps libres à obtenir des rendez-vous, avec les acteurs de la vie économiques dans tous les domaines, ne pas oublier la presse régionale ; participer à tout ce qui se fait de réunions, de colloques, d'événements, de manifestations professionnelles, se créer son réseau relationnel (attention en France, contrairement aux pays anglo-saxons, la notion de réseau demeure une notion "fumeuse").
Apprendre à "pousser" les portes. Participer si possible aux expositions pour accroître ses contacts.
Le "reste du temps" compléter son book de façon à toujours pouvoir l'adapter aux rendez-vous (un fabricant de machines outil ne sera pas forcément intéressé par des photos de fleurs...).
Et surtout garder en tête qu'il est toujours par sécurité préférable d'avoir 20 "petits clients", plutôt que 2 "gros".
En un mot travailler à cet objectif 12 heures sur 24, sans surtout négliger en parallèle son job alimentaire.
...Comme vous le voyez, ce "programme incertain" est à la porté de main de tout insomniaque pas feignant et maladivement obstiné !

Cordialement.

 
 

Faire son métier
« Réponse #6 le: 05 Juil, 2020, 17:58:58 pm »
Voilà l'été et les vacances.

Un job de saison pour "aborder le sujet", dans pratiquement toutes les stations balnéaires il y a des magasins photo qui embauchent, pour la saison, des photographes pour des prises de vues familiales, etc...

A une époque... en étant actif il était possible de faire une bonne saison. Toutefois, pas de fixe il me semble, c'est rémunéré à la photo.

Ce n'est pas de tout repos, mais cela donne une excellente idée de ce que l'on peut attendre lorsque l'on quitte le paradis des amateurs pour aller voir dans le pré des professionnels.

Il est aussi possible de seconder un pro dans certaines célébrations, type mariage, bon courage...

Il est préférable de rester amateur, et de temps en temps, vendre quelques photos. A part quelques excellents professionnels, les revenus sont étriqués et parfois inexistants pendant de longues périodes.

Enfin, les pros n'aiment pas trop les amateurs, encore moins les éventuels futurs "collègues".

Enfin, ayant fait quelques photos pour revues chics, essayer de faire le pro est le meilleur moyen de se dégoutter d'un grand plaisir !!!
« Modifié: 05 Juil, 2020, 18:02:10 pm par mma144 »

Faire son métier
« Réponse #7 le: 05 Juil, 2020, 19:58:07 pm »
... Enfin, les pros n'aiment pas trop les amateurs, encore moins les éventuels futurs "collègues"...

Cela n'engage que toi ! Ce que je n'ai jamais aimé, sont les pseudo-pros auto-proclamés, casseurs de prix et fabricants de m...ochetés qu'ils appellent photos...
“L’homme est plein d'imperfections, mais ce n’est pas étonnant si l’on songe à l’époque où il a été créé.” A. Allais

*

Hors ligne Sevgin-le-viking

Faire son métier
« Réponse #8 le: 09 Juil, 2020, 07:00:55 am »
Un classique des forums, une question dont on sent des recherches avancées, des gens sympas qui répondent mais pas de retour dynamique de l'interressée.

PIRATE OF SCANDINAVIA,
Expert en crash test.
Ex-directeur de la sécurité spaciale de Stockholm-Sud.

Faire son métier
« Réponse #9 le: 09 Juil, 2020, 09:30:54 am »
D'un autre coté, quand on voit le ton des premières réponses, on n'a pas envie d'y retourner  ;)
Plus je connais les hommes, plus j'aime les animaux.

Faire son métier
« Réponse #10 le: 09 Juil, 2020, 09:31:19 am »
Les réponses que nous avons rédigées ici ne sont pas forcément encourageantes, donc elles ont peut-être refroidie l’initiatrice du sujet.

Ce sujet revient de temps en temps sur les forums photo.

Les APN et matériels que nous possédons peuvent laisser imaginer que transformer un hobby en gagne pain est à la portée de tous...

Personnellement, je n’ai jamais eu ce genre d’idée. J’avais un excellent job, très rémunérateur et assuré.

Toutefois, j’ai eu l’occasion de faire paraître quelques photos, il m’a aussi été proposé par des pros de films naturalistes, animaliers et régions, de faire des photos pour la présentation des films en question.

L’expérience que j’en ai retirée est plutôt négative. Faire des images en amateur, prendre son temps pour travailler ses photos, pas de pression, ne faire que selon son jugement personnel, voilà les plaisirs d’un amateur. Lorsque l’on verse dans l’usage "professionnel" et donc commercial de nos photos, tout change, il faut produire vite, ce qui est souvent  peu enrichissant, tant financier que surtout bonheur, et fait disparaître le plaisir d’une activité de loisir.

Donc la photo reste pour moi une occupation plaisir et bonheur, la seule. Donc je ne pollue plus ce plaisir par quelques prises de vues encadrées par des obligations.

Je peux ainsi revenir sur certaines photos, à plusieurs reprises et parfois avec une semaine, un mois ou un an passés.

Ne jamais perdre de vue que ce métier est soumis comme les autres à des formations, bonnes ou mauvaises.

Que ce métier demande de produire des photos vite et bien, ce qui est incompatible avec un loisir.

Ne pas oublier que dans le cadre professionnel, le matériel reste coûteux doit être amorti et vous nourrir, lorsque c’est le but de la démarche.

*

Hors ligne Sevgin-le-viking

Faire son métier
« Réponse #11 le: 09 Juil, 2020, 14:07:39 pm »
D'un autre coté, quand on voit le ton des premières réponses, on n'a pas envie d'y retourner  ;)
n'inversons pas! Moi je vois la question et ça ressemble à beaucoup d'autres, où le minimun est fait.
Tu n'apprends pas à pêcher, là c'est carrément donner-moi les poissons.
PIRATE OF SCANDINAVIA,
Expert en crash test.
Ex-directeur de la sécurité spaciale de Stockholm-Sud.

Faire son métier
« Réponse #12 le: 10 Juil, 2020, 19:41:41 pm »
Je ne fait que 2 événements, de façon bénévole, mais dont les photos sont publiées.
Je suis les Virades de l'Espoir de ma région (une des plus importante de France), et donne mes photos une fois traitées à une personne qui crée un montage pour remercier les bénévoles de leur participation.
Je suis aussi les Evian Master car j'ai accès à un pass "photographe" (qui permet d'aller sur le green pour avoir le bon angle) et mes photos sont publiées sur le site d'une amie. J'ai acheté le 300mm F4 principalement pour ça.

Ce que j'en tire, c'est que je n'en ferais pas certainement pas mon métier. Je vois les vrais pro aux Evian Master courir sans cesse entre le green et le coin presse pour donner leur photos aux magasines, avec leurs D5+400 F2,8/70-200 en, bandoulière, à part le matos, ça ne me fait pas rêver. Mais j'aime bien aller faire mon photographe "touriste privilégié" là bas, l'ambiance y est excellente, quand on peut prendre le temps d'en profiter, comme moi.
D850 // D700 + PDK1  //  D80 + MB80  //  F80 + MB16 // F100

Faire son métier
« Réponse #13 le: 14 Juil, 2020, 10:43:37 am »
Devenir photographe pro (ou pas d'ailleurs) c'est aussi passer bcp de temps derrière son pc, beaucoup trop d'ailleurs. Certains n'aiment pas du tout, la prise elle même n'est qu'une infime partie du travail au final.
Sinon je dirais qu'il faut avoir avant tout une fibre artistique, peu de gens l'ont et cela demande du travail et de l'abnégation.
il y a bcp de métiers différents et un photographe AFP ne fait pas le même travail qu'un photographe de mariage ou animalier.

Faire son métier
« Réponse #14 le: 14 Juil, 2020, 11:25:45 am »
La fibre artistique...

Je réalisais dessins et peintures soi-disant de très belle facture, jusqu'à l'adolescence. Puis après j'ai plus ou moins abandonné ce plaisir, et lorsque j'ai tenté de m'y remettre mon "don" s'était envolé...

Je crois que la photo peut être accessible à tous. Le problème c'est qu'une image ne dure que quelques instants ou minutes. Il faut être capable de capturer cette image, quelques instants ou quelques minutes plus tard elle a disparu.

Ensuite, sur l'animalier, les paysages, l'architecture, on peut retrouver tout ou partie de cette image, il faut à ce moment du temps, beaucoup de temps pour retrouver l'image que nous avons en mémoire et que parfois nous embellissons.

De la même façon, derrière notre Mac ou PC nous recherchons à retrouver cette image, et là encore il faut du temps.

Un professionnel, qui pratique chaque jour pendant des périodes importantes acquiert un regard et des automatismes, notamment les photographes de presse. Il n'empêche que pour eux aussi, il y a LA PHOTO, celle que l'on ne refera jamais.

Pour la part technique, n'oublions pas que le matériel est important. Le matériel dit professionnel possède qualités et performances aidant à capturer l'instant.