Publicité

Bonjour a toutes et tous,

Jim dans le Vercors (38).

J’ ai maintenant deux boitiers au quotidien : le D850 plein format 45Mp, et le D500 APSC de 22Mp ( bon j’ ai encore le D600, et mon vieux F-801 mais je vais probablement vendre mon D600 !). Je pratique egalement la photo sous marine (caisson EasyDive pour Nikon, et petit caisson pour l'excellent Sony RX-100 IV).

J' ai de nombreux obj Nikon: 10.5, 28-300, 12-24 en DX, et ensuite 50 1.4, 14-24, 8-15, 17-35, 35-70, 70-200, 300, 200-500, et j' envisage le 500 f4 avec doubleur TC20 pour les affuts animalier dans le Vercors.

Je cherche un document de reference qui me permettrait de faire un point serieux sur les 3 notions suivantes:  profondeur de champ, diffraction et Cercle de confusion.
 
Je croyais maitriser la notion de PdC, mais a force d’ etudier en detail mes cliches, je me suis apercu qu’ il me  manquait quelquechose, et que c’ était peut-etre la comprehension et la maitrise de ces trois notions ensemble.
 
J’ai decouvert ( il etait temps!) l’ importance de la notion de diffraction a petite ouverture, ainsi que ce fameux CdC, dont les parametres dependent a la fois de la taille du capteur mais aussi du nombre de pixels …  ??? ce dernier CdC, associe a la diffraction ne m’ est pas trop familier.

Je vais essayer de lire les nombreux articles de ce forum qui me semble tres riche !

Merci.
 
Ce qui va sans dire va tout aussi bien en le disant

Publicité

Presentation, et question generalensur PdC, CdC, diffraction
« Réponse #1 le: 24 mars, 2021, 09:18:44 am »
Bonjour et bienvenue.

j'ai pas de document global en tête mais on trouve des infos assez claires en fouinant par ci par là ...

la première chose, et là où il y a confusion, c'est que le "cercle de confusion" est un concept qui se rapporte à l’acuité visuelle, et non à la définition en pixels.
théoriquement, donc, la valeur retenue du CdC est la même pour un D3 que pour un D850 ...
par contre elle est différente entre un D850 et un D500 qui ont pourtant la même taille de photosite. Respectivement 0,029 et 0,019mm. Car c'est le rapport entre la taille du capteur et la taille du tirage qui compte.

là où le bât blesse c'est si tu mesure ta profondeur de champ en visualisation à 100%. Car là tu verras strictement la même chose avec le D850 et le D500 ... mais plus du tout avec le D3.

l'outil de DofSimulator permet de jouer avec la valeur du CdC, et par exemple passer de "défaut" à "50Mpx" ... et tu verras alors la profondeur de champ obtenue se réduire comme peau de chagrin.
https://dofsimulator.net/en/


la diffraction, elle, fait des dégâts à partir de F/11.
galerie Flickr ; 2017 en 365 photos : Tookapic
chaine youtube : Papa et Nous

Presentation, et question generalensur PdC, CdC, diffraction
« Réponse #2 le: 25 mars, 2021, 01:33:28 am »
Bonjour

Ça va être long…

Il y a deux manières de voir les choses :
    - la plus sommaire (mais quelque part aussi la plus juste et largement suffisante dans la plupart des cas) : plus on ferme le diaphragme, plus la profondeur de champ augmente ; plus on ferme le diaphragme, plus l'image est nette… jusqu'au moment où, quand on ferme de trop, l'image perd en netteté ; à grandissement égal, la profondeur de champ est la même ; toutes les tables de profondeur de champ sont fausses.

    - la plus rigoureuse (mais fausse) :
            - on défini le diamètre du cercle de confusion en fonction de l'utilisation des images (voir plus bas) ;
            - l'ouverture minimale avant que la diffraction soit visible est égale à la valeur du diamètre du cercle de confusion divisé par 1,34.10-3 pour un diamètre exprimé en mm (ce qui donne 22 pour un cercle de confusion de 0,03 mm, la valeur standard utilisée en 24 × 36 en argentique) ;
            - à partir de la valeur du cercle de confusion, on calcule la distance hyperfocale et les premier et dernier plans nets par les formules classiques.

Il y a deux manières de calculer la valeur du cercle de confusion :
    - si on veut exploiter au maximum les informations de l'image :
            - en numérique avec un capteur avec une mire de Bayer ou équivalent : le diamètre du cercle de confusion est égal à la largeur de 2 pixels du capteur (soit 0,008 mm sur les capteurs Nikon les plus défini), sur un capteur Foveon, c'est la largeur du pixel qu'il faut prendre en compte…
            - idem en argentique en prenant pour la largeur d'un pixel l'inverse de la résolution du film
    - en toute rigueur, il faut tenir compte de la dimension du tirage final et de la distance d'examen :
            - l'œil sépare 300 dpi à distance de lecture,
            - un tirage 20 × 30 fait maxi 4326 pixels de diagonale (14,42" * 300 dpi)…
            - le format 24 × 36 fait 43,26 mm de diagonale
            - un pixel fait donc autour 0,01 mm de large
            - soit un cercle de confusion de 0,02 mm

Dans tous les cas, ces calculs font l'impasse sur pas mal de questions :
    - il faut tenir compte de la granulométrie de l'image (trame d'impression, définition de l'imprimante, empilement plus ou moins précis des gouttes d'encre, grain du film…)
    - il faut tenir compte également de ce qui peut rendre moins nette l'impression (diffusion de l'encre par sublimation ou diffusion dans le papier, diffusion des colorants en argentique (particulièrement dans les procédés instantanés), perte de définition dû à l'objectif de tirage ou de projection (diapo)…)
    - en numérique, effet de la compression Jpeg…

Ça, c'est la théorie…
Après plus de 30 ans de prises de vues, je suis passé à mon nouveau métier : l'impression photo. J'ai tiré la semaine dernière une image faite par un Sony DSC-RX100 III de 20 Mpixel en format 50 x 75 cm sur un traceur Epson D7500 sur papier Canson RC. Très clairement, à distance de lecture, on ne voit pas les pixels et l'image est parfaitement nette (oui, je sais, mes lunettes sont mortes et il faut que j'attende encore une semaine avant de les remplacer… mais je vois quand même encore un peu clair). L'image semble avoir une résolution 60 % supérieure à ce qu'elle est réellement (très bon traitement du Jpeg chez Sony et interpolation aux petits oignons chez Epson)… Comment appliquer ce rendu perçu dans des formules calcul de profondeur de champ, de diamètre de cercle de confusion et de diffraction ?
Les formules donnent un diaph maxi de f/4… la photo a été faite à f/5.6 et la diffraction n'est pas visible.

A+

Laurent Galmiche
PS Pour celles et ceux qui cherchent des prestataires d'impression de qualité : www.inpixya.fr

Presentation, et question generalensur PdC, CdC, diffraction
« Réponse #3 le: 26 mars, 2021, 23:28:40 pm »
Pour la profondeur de champ un des composants, ou beaucoup se font avoir, est que ce n'est pas la taille du capteur qui créer une différence de profondeur de champ, mais la focale de l'objectif.
En effet si on prend un plein format et APS-C avec le même objectif, en faisant le point à un objet en étant à la même distance, la profondeur reste la même, mais l'angle de champ des images change dus à la taille des capteurs.
Si on zoom dans l'image du plein format pour avoir le même cadre que sur l'APS-C, on verra que l'arrière plan à le même niveau de séparation (flou, bokeh, etc...).

En revanche à valeur égale sur les deux capteurs, cela impose de mettre une focale plus longue sur le plein format, ce qui aura donc pour effet d'avoir une profondeur de champ plus petite, car à valeur d'exposition et d'ouverture égale, la focale la plus longue sépare plus le sujet.

Si vous avez fait de l'optique au lycée ou en école d'ingé, ont remarque cette différence rien qu'en regardant un schéma optique simplifier.

Publicité