Publicité

*

Hors ligne Drake

  • « Photographiste »
  • 2858
  • Il faut aimer la solitude pour être photographe.
  • Voir ses photos
    • D-Clics
De la visée par écran interposé
« le: 18 mai, 2020, 08:13:50 am »
Petite réflexion en passant...

Si on dit que faire de la photographie c’est peindre avec de la lumière, alors que dire de ces nouveaux appareils qui coupent de facto le lien physique entre la lumière et le photographe puisque la visée dans l’oeilleton se fait via écran interposé ?

Depuis que la photographie existe la lumière a toujours traversé l’œil de l’appareil pour atterrir dans celui du photographe.
Que se passe-t-il avec les dernières générations d’appareils et leur écran de visée incorporé ?
Ce deuxième passage de la lumière directe par l’œil du photographe n’existe plus.  Le photographe, l’oeil rivé à son micro écran numérique ne regarde plus la scène elle-même mais celle filmée par l’appareil. Le lien avec la réalité visuelle est coupé.
En d’autres termes on peut dire que la scène photographique a été « virtualisée » par l'appareil. Elle est donc devenue artificielle.

Philosophiquement parlant cet éloignement artificiel de la vision réelle de la scène photographique amène à réfléchir sur notre (angoisse de) perception de ce qui nous entoure et notre « besoin » d’y ajouter des filtres pour soit disant mieux la percevoir et la maîtriser.

Raisonnons par l’absurde : ne serait-ce pas un peu comme se couper une jambe pour pouvoir mieux marcher avec une prothèse ?
"La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard." (John Stuart Mill)

Publicité

*

Hors ligne Jean-Christophe

De la visée par écran interposé
« Réponse #1 le: 18 mai, 2020, 09:34:02 am »
« Peindre avec la lumière » se juge sur le tirage, et ces appareils à viseurs électroniques permettant toujours de faire des tirages, rien n’a changé.

Les visiteurs électroniques existent depuis très longtemps, sur les bridges, certains compacts, les caméscopes en vidéo, les smartphones, ...

Dans la mesure où je vois toujours la lumière de la scène dans mon viseur électronique, je n’ai pas du tout l’impression d’être coupé de la scène. Au contraire, dans certaines conditions (de basse lumière notamment) je vois bien mieux qu’en optique.

De la visée par écran interposé
« Réponse #2 le: 18 mai, 2020, 10:51:43 am »
Je comprends la réflexion de Drake, mais je rejoins Jean-Christophe sur le sujet. Sur le résultat final, un tirage, aucune différence visible entre une image faite sur écran (ou viseur électronique) et par un viseur optique.

Je pense qu'au delà de l'aspect pratique (possibilité de voir la réalité pré-modifiée : éclaircie, en noir et blanc,...) il s'agit plus d'un saut culturel, et prend en compte la relation entre le photographe et son appareil (paramètre important a mes yeux). J'utilise un peu de tout, de la chambre au compact Fuji, et je ne photographie pas du tout de la même façon selon l'appareil choisi.

Si l'appareil photo reste un outil, un intermédiaire entre la réalité et soi, il n'intervient dans le processus que par rapport au photographe, a sa manière de penser, d'appréhender le monde. La lumière se fiche de quelle manière elle sera captée.

Pour reprendre le raisonnement par l'absurde de Drake, la prothèse serait plutôt une sorte d’appendice rajouté, comme un exo squelette qui permettrait de faire des choses différentes.

De la visée par écran interposé
« Réponse #3 le: 18 mai, 2020, 11:32:56 am »
Raisonnons par l’absurde : ne serait-ce pas un peu comme se couper une jambe pour pouvoir mieux marcher avec une prothèse ?
Moi je le vois plus comme jean-christophe je dirai plutôt
Que c'est installer un exosquelette sur les jambes pour mieut marcher plus longtemps sans se fatiguer.
Après ceci est mon point de vue.
"La vie est un mystère qu'il faut vivre, et non un problème à résoudre". - Gandhi

*

Hors ligne Drake

  • « Photographiste »
  • 2858
  • Il faut aimer la solitude pour être photographe.
  • Voir ses photos
    • D-Clics
De la visée par écran interposé
« Réponse #4 le: 18 mai, 2020, 15:18:01 pm »
J'ai bien dit que la réflexion était plus d'ordre philosophique qu'autre chose parce oui, bien sûr, en photographie ce qui compte est la photographie et son tirage.
Mais le "détachement" progressif d'avec la Réalité avec un R majuscule, par et pour ce qui porte tout de même (mensongèrement) le nom de "réalité" certes affublé de "augmentée" ou "virtuelle" (une hérésie langagière) me paraît dangereux à plus d'un titre.

L'homme est certes un être pensant, mais il reste fondamentalement, organiquement, physiologiquement un animal...et un animal ne connait que le "réel" de son monde, c'est à dire de ce qu'il est capable de percevoir avec ses organes naturels. Notre monde n'est pas celui des insectes ou des dauphins...ni de Tron. Notre vision est ce qu'elle est, notre odorat idem, etc.
Mais je suis peut-être de la vieille époque comme on dit...du moins en pensée.
« Modifié: 18 mai, 2020, 15:25:10 pm par Drake »
"La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard." (John Stuart Mill)

*

Hors ligne Drake

  • « Photographiste »
  • 2858
  • Il faut aimer la solitude pour être photographe.
  • Voir ses photos
    • D-Clics
De la visée par écran interposé
« Réponse #5 le: 18 mai, 2020, 15:30:04 pm »
Moi je le vois plus comme jean-christophe je dirai plutôt
Que c'est installer un exosquelette sur les jambes pour mieut marcher plus longtemps sans se fatiguer.
Après ceci est mon point de vue.
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi car un exosquelette n'enlève rien au squelette, mais dans le cadre que je décris on enlève la vision réelle pour la remplacer par une vision électronique.
Après ce n'est pas cela qui empêchera de faire de bonnes ou de mauvaises photos, mais c'est pour moi priver l'individu de sa vision objective pour la remplacer par une  "augmentée" (ou diminuée ?) selon certains critères précis.
« Modifié: 18 mai, 2020, 15:31:35 pm par Drake »
"La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard." (John Stuart Mill)

De la visée par écran interposé
« Réponse #6 le: 18 mai, 2020, 16:17:36 pm »
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi car un exosquelette n'enlève rien au squelette, mais dans le cadre que je décris on enlève la vision réelle pour la remplacer par une vision électronique.
Après ce n'est pas cela qui empêchera de faire de bonnes ou de mauvaises photos, mais c'est pour moi priver l'individu de sa vision objective pour la remplacer par une  "augmentée" (ou diminuée ?) selon certains critères précis.
oui et non car le viseur optique n'est pas non plus direct il doit traverser un verre de visée et un miroir.
La tu regarde aussi avec ton oeil dans un viseur qui est capable de t'afficher ce que tes réglages vont donner en rendu final donc pour moi c'est bien on ajoute une option a ta vision.
bon après c'est philosophique du coup pour moi chacun à sa philosophie et donc .... 363 page plus tard lol :)
Je comprend tout à fait ton point de vue.
"La vie est un mystère qu'il faut vivre, et non un problème à résoudre". - Gandhi

De la visée par écran interposé
« Réponse #7 le: 18 mai, 2020, 19:37:17 pm »
J'ai bien dit que la réflexion était plus d'ordre philosophique qu'autre chose parce oui, bien sûr, en photographie ce qui compte est la photographie et son tirage.
Mais le "détachement" progressif d'avec la Réalité avec un R majuscule, par et pour ce qui porte tout de même (mensongèrement) le nom de "réalité" certes affublé de "augmentée" ou "virtuelle" (une hérésie langagière) me paraît dangereux à plus d'un titre.

L'homme est certes un être pensant, mais il reste fondamentalement, organiquement, physiologiquement un animal...et un animal ne connait que le "réel" de son monde, c'est à dire de ce qu'il est capable de percevoir avec ses organes naturels. Notre monde n'est pas celui des insectes ou des dauphins...ni de Tron. Notre vision est ce qu'elle est, notre odorat idem, etc.
Mais je suis peut-être de la vieille époque comme on dit...du moins en pensée.

Je partage en partie ce raisonnement. Il est, a mon avis, la suite d'un mouvement engagé a partir depuis la révolution industrielle (et peut-être même avant, mais la technologie s'est développée de manière exponentielle depuis ce moment, alors que sa progression était plutôt linéaire avant). L'homme se fabrique des intermédiaires. Il ne s'appuie plus sur la force animale : il se déplace en voiture, utilise des machines, qui agissent sur son environnement de manière démultipliée (phénomène très bien expliqué par Jean-Marc Jancovici).
Du coup, la photographie suit le mouvement. La technologie ne répond pas forcément a un besoin, mais le crée.

Il existe un parallèle avec l’écriture. Les étudiants ne prennent plus de notes mais tapent sur leur ordinateur les cours. Au-delà du fait qu'ils perdent la compétence de l’écriture elle-même, il a été étudié que l'écriture sur ordinateur ne stimule pas les zones favorables a l'apprentissage, ce que fait l’écriture manuscrite.
Je me demande s'il existe un phénomène semblable dans le cerveau par rapport a la lumière, la photo, l'image ?

De la visée par écran interposé
« Réponse #8 le: 18 mai, 2020, 19:43:59 pm »
Il existe un parallèle avec l’écriture. Les étudiants ne prennent plus de notes, mais tapent sur leur ordinateur les cours. Au-delà du fait qu'ils perdent la compétence de l’écriture elle-même, il a été étudié que l'écriture sur ordinateur ne stimule pas les zones favorables a l'apprentissage, ce que fait l’écriture manuscrite.
Je me demande s'il existe un phénomène semblable dans le cerveau par rapport a la lumière, la photo, l'image ?
je n'avais pas pensé a cela est il est vrai que je travaille dans l'informatique, mais que j'ai toujours un carnet à côté de moi pour noter avec un stylo/crayon dessus ce que je dois faire ensuite je le retranscris dans mon ToDoList, mais si je le tape dans mon ToDoList je ne m'en rappelle pas aussi bien que si je l'écris donc je l'écris toujours avant de retranscrire en numérique ou pas des fois je coche mon carnet de notes aussi :)
"La vie est un mystère qu'il faut vivre, et non un problème à résoudre". - Gandhi

Publicité